FIN DU TÉLÉTRAVAIL : QUE PRÉVOIT LE NOUVEAU PROTOCOLE SANITAIRE ?

Fin du télétravail : quel est le nouveau protocole sanitaire ?

Le gouvernement vient d’annoncer la fin du télétravail imposé aux entreprises. Ce nouveau protocole sanitaire fait l’effet d’une bombe, surtout pour les collaborateurs qui en redoutent la fin totale. Cette mesure sonne-t-elle le glas du télétravail en France ? Parlons-en.

Le télétravail : qu’est-ce que c’est en réalité ?

Fin du télétravail en entreprise : c'est quoi le télétravail à la base ?

Aujourd’hui, tout le monde connaît le télétravail. Il s’est démocratisé et est devenu obligatoire avec la crise sanitaire.

Pour autant, afin que nous soyons sur les mêmes bases pour la suite de cet article, petite piqûre de rappel !

Le télétravail est une activité professionnelle exercée à distance d’une entreprise, grâce aux outils de télécommunication actuels.

Plus simplement, il permet de réaliser ses tâches professionnelles, hors des locaux prévus à cet effet.

Le télétravail en France : de la genèse à nos jours !

Apparu dans les années 1970 aux État-Unis, le télétravail est importé dès le début en France, mais n’est à cette époque que peu voire pas du tout développé.

En 2017, seuls 3% des salariés français pratiquent le télétravail au moins un jour par semaine. Ils sont 4,2% à le pratiquer occasionnellement dans le mois et 61% d’entre eux sont des cadres. À ce moment-là, le télétravail est surtout prisé des métiers de l’informatique et de la communication.

Depuis 2020, ce mode de travail s’est répandu comme une traînée de poudre, dû à la situation sanitaire. Au cours du premier confinement, 41% des salariés étaient télétravailleurs. 86% d’entre eux souhaitent aujourd’hui poursuivre le télétravail à raison de 2 jours par semaine.

En télétravail, 72% des collaborateurs se sentent moins fatigués et 69% se sentent plus autonomes. En revanche, 74% préfèrent se rendre sur site pour participer ou animer une réunion et 73% s’ils ont des difficultés et points de blocage.

Le 9 juin 2021, le télétravail à 100% a pris fin. Cependant, chaque entreprise se devait de  déterminer un nombre minimum de jours télétravaillés pour chaque talent. Le 30 août Elisabeth Borne, ministre du travail, a annoncé mettre un terme à cette mesure.

La nouvelle annonce du gouvernement en 3 points importants

Le gouvernement français vient d’annoncer la fin du nombre des jours de télétravail obligatoire. Mais concrètement, qu’est-ce que ça veut dire ?

Fin du télétravail : qu’est-ce que change cette annonce ?

À partir de maintenant, un nouveau protocole sanitaire est instauré pour le travail à distance. L’état n’impose plus de jours de télétravail.

Les entreprises peuvent donc tout simplement décider des règles au sein même de leur organisation. C’est-à-dire ne plus l’autoriser et demander à tous leurs collaborateurs de revenir dans les locaux à 100%. Elles peuvent également décider de l’autoriser pour leurs talents. Dans ce cas, une négociation peut être faite pour trouver un terrain d’entente sur le nombre de jours et les modalités. 

Fin du télétravail : point d’interrogation pour les collaborateurs

La fin du télétravail permet à chaque entreprise de décider elle-même si elle souhaite le prolonger ou pas.

Une question subsiste pour les collaborateurs : cette annonce marque-t-elle sa mort ? Ils sont nombreux aujourd’hui à redouter un retour en présentiel à 100%. 86% des télétravailleurs espèrent conserver 1 à 2 jours par semaine au moins, à distance, selon une récente étude de Malakoff Humanis. La raison principale est un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle à 80%. Cependant, une majorité des collaborateurs estiment que le retour au bureau est nécessaire pour la cohésion d’équipe. Ils sont de plus en plus nombreux à sembler se tourner vers un mode de travail hybride, qui englobe à la fois le télétravail et le travail sur site.

Selon une récente étude signée YouGov, 61% des 18-34 ans sont majoritairement favorables au télétravail à 100% principalement parce qu’ils veulent une plus grande flexibilité d’horaires et pour certains, ils n’ont rien connu d’autre que le télétravail au cours de leur vie professionnelle.

Fin du télétravail : point d’interrogation pour les entreprises

Du côté des entreprises, ces dernières ne sont pas nécessairement très inquiétées quant au retour au bureau. Même si nombreuses sont celles qui souhaitent voir revenir leurs collaborateurs au bureau, elles se disent de plus en plus prêtes à accepter ce nouveau mode de travail. Elles travaillent de plus en plus pour incorporer cette méthodologie à leur organisation.

Benoît Serre, vice-président de l’ANDRH, l’Association Nationale des DRH ; se montre plutôt optimiste quant à la volonté des entreprises de continuer le télétravail. Pour lui, ce mode de travail va durer de manière plus structurée, organisée et stable car il sera maintenant à la carte, personnalisé par chaque entreprise, selon le souhait de ses collaborateurs et de ses possibilités. Le télétravail à la carte efface les doutes et les confusions qui ont pu diviser les salariés Français. De plus, beaucoup d’entreprises prouvent et démontrent leur volonté de continuer le télétravail du fait du nombre grandissant d’offres d’emploi qui mettent en avant ce critère !

Le marché de l’emploi Français a fortement été chamboulé ces dernières années, surtout depuis la crise sanitaire. Cette dernière a imposé de nouveaux modes de travail et il est aujourd’hui plus que difficile de les changer. Dans le futur, les entreprises devront réussir à accepter et appréhender ces nouvelles méthodologies et les incorporer dans leur prospective professionnelle si elles souhaitent engager leurs collaborateurs. Ces derniers auront au fil des années de plus en plus de requêtes et de d’attentes de la part de leurs employeurs. Une chose est sûre, le secteur de l’emploi va continuer d’évoluer.

Avec ce retour au bureau imposé, de nombreux collaborateurs seront inquiets, soucieux et agités. Les entreprises ont un véritable rôle à jouer pour réengager leurs collaborateurs. Afin qu’il soit réussi, l’engagement doit se faire dans la durée, grâce à une succession d’actions et d’animations engageantes. Un petit-déjeuner tous les lundis, des afterworks à thèmes, des quiz et compétitions entre salariés… Cette fin de télétravail représente un vrai enjeu pour le bien-être des collaborateurs au sein même de leur entreprise !

Articles recommandés